[Podcast] La vie, l’amour, la mort dans la poésie arabe classique

poèmes amour
Poèmes d’amour par Nūr al-Dīn ‘Abd al-Raḥmān Jāmī.

Découvrez mon 5ème podcast consacré à trois thèmes majeurs de la poésie arabe classique : la vie (et l’éternelle difficulté de la mener), l’amour (heureux ou malheureux, toujours passionné et brûlant), la mort (crainte ou espérée).

Les poètes cités appartiennent à la période préislamique et omeyyade, abbasside et post-abasside.


Quelques tableaux pour aller plus loin.

Tout d’abord, le fabuleux peintre Étienne Dinet (1861-1929) qui a très longtemps vécu en Algérie et nous a laissé de belles scènes de vie… et d’amour. L’accent mis sur la complicité des personnages (regards, geste, proximité physique) permet d’établir une connivence avec le spectateur, lequel a l’impression d’entrer réellement dans le quotidien des modèles.

Etienne-Dinet-Le-printemps-des-coeurs-titre-attribue-
Le printemps des cœurs.

 

Dinet3
Les amours au son de la quesba.
unknown-16
Le Djouak.

 


Influencé par Eugène Delacroix, Jean Joseph Benjamin-Constant a lui aussi marqué de son pinceau l’histoire de l’orientalisme, en particulier avec cette toile à l’atmosphère solennelle :

LE JOUR DES FUNERAILLES, SCENE DU MAROC - LES FUNERAILLES DE L'EMIR
La mort de l’émir. (Jean Joseph Benjamin-Constant)

Connu pour ses scènes de genre, Frederick Arthur Bridgman envoûte par la lascivité de ses personnages et les couleurs vives utilisées. Ses tableaux dénotent par un agencement toujours judicieux et un sens du détail qui donnent à l’ensemble un caractère chaleureux, intimiste et doux :

Frederick_Arthur_Bridgman_In_the_Harem
Frederick Arthur Bridgman – In the harem.

Belle alanguie au sourire espiègle, la princesse bleue de Georges-Antoine Rochegrosse semble tout droit sortie des Mille et Une Nuits. Loin d’écraser le modèle, le monceau de tissus nobles, mis en valeur par un superbe camaïeu de bleu piqué d’or et de parme, l’enveloppe telle une vague au repos. Le jeu audacieux des drapés qui partent dans plusieurs directions et la nudité concentrée sur le haut du corps offrent un condensé de volupté propice aux songes.

la-princesse-bleue
Georges-Antoine Rochegrosse, La princesse bleue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s